El Sayegh favorable à la levée du triptyque armée-peuple-résistance

El Sayegh favorable à la levée du triptyque armée-peuple-résistance

Selon le vice-président du parti Kataëb, Salim El Sayegh, la dénonciation par la classe dirigeante des insultes à l’encontre du Royaume Saoudien était « nécessaire », mais demeurait « insuffisante ». Dans des déclarations sur twitter, il a estimé que « tout dirigeant est tenu de gouverner et qu’il devrait donc lever la couverture politique sur le responsable, sans aucune hésitation ». Et d’ajouter : « Le rétablissement de la confiance nécessite l’annonce de la fin du triptyque armée-peuple-résistance qui a détruit le Liban et miné ses amitiés à l'étranger. »

Les violentes attaques lancées lundi soir contre l’Arabie saoudite par le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah ont provoqué une levée de boucliers chez une partie de la classe politique libanaise. Le président Michel Aoun a réaffirmé la volonté du Liban à maintenir de bonnes relations avec Riyad, se démarquant des propos du leader du parti chiite pro-iranien. De son côté, le Premier ministre Nagib Mikati a réagi en affirmant que les propos de Hassan Nasrallah, qui a accusé Riyad, entre autres, de promouvoir le terrorisme, « ne représentent pas la position du gouvernement libanais ».

Le ministre de l’Intérieur a ordonné aux forces de l’ordre de retirer les banderoles attaquant les dirigeants du royaume qui sont apparues dans les rues après les propos de Hassan Nasrallah. Mais il n’est pas sûr que ces mesures et ces plaidoiries en faveur de l’Arabie saoudite calmeront la colère de Riyad qui exige l’isolement politique du Hezbollah au Liban. Une demande difficile à satisfaire par les autorités libanaises, plus que jamais soumises aux diktats du "parti de Dieu".

Source: Kataeb.org