L'équipe Biden va rencontrer les chefs de la diplomatie chinoise pour la première fois

L'équipe Biden va rencontrer les chefs de la diplomatie chinoise pour la première fois

Les responsables de la politique étrangère américaine vont rencontrer la semaine prochaine les chefs de la diplomatie chinoise lors d'une première réunion - qu'ils promettent "très franche" - depuis l'élection de Joe Biden entre les deux premières puissances mondiales au bord d'une nouvelle Guerre froide.

Le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken a annoncé mercredi qu'il ferait escale le 18 mars à Anchorage, en Alaska, sur le chemin de retour de son premier voyage à l'étranger, qui l'aura mené au Japon et en Corée du Sud justement pour renforcer les alliances des Etats-Unis face à la Chine.

Celui qui a qualifié la semaine dernière la compétition avec Pékin de "plus grand défi géopolitique du XXIe siècle", rejoint par Jake Sullivan, le conseiller du président Biden à la sécurité nationale, rencontrera le haut responsable chinois Yang Jiechi et le ministre des Affaires étrangères Wang Yi.

Sur Twitter, Antony Blinken a affirmé vouloir aborder notamment les sujets sur lesquels Washington a "de profonds désaccords" avec son principal adversaire.

"C'est une occasion importante pour nous d'évoquer de manière très franche les nombreux sujets de préoccupation que nous avons au sujet des actes et de l'attitude de Pékin, qui représentent une menace pour la sécurité, la prospérité, les valeurs des Etats-Unis et de nos alliés et partenaires", a-t-il ensuite expliqué lors d'une audition parlementaire.

"Nous allons aussi voir s'il y a des possibilités de coopération", a-t-il ajouté, tout en assurant que la suite du dialogue, après ce premier rendez-vous, dépendrait d'éventuels "progrès tangibles" sur les sujets de friction.

Le ministère chinois des Affaires étrangères a confirmé jeudi la rencontre dans un communiqué, en précisant qu'elle est organisée "à l'initiative des Etats-Unis".

Les deux pays se sont opposés ces derniers mois sur quasiment tous les sujets: gestion du coronavirus, commerce, rôle de Pékin en mer de Chine méridionale, droits humains - les Etats-Unis accusent la Chine de perpétrer un "génocide" contre les musulmans ouïghours et de priver Hong Kong de son autonomie et de sa démocratie.

 

- "Compétition, collaboration, antagonisme" -

La dernière rencontre bilatérale remonte au mois de juin, pendant la présidence de Donald Trump, lorsque le secrétaire d'Etat de l'époque, Mike Pompeo, avait tenu à Hawaï une réunion de crise avec Yang Jiechi qui n'avait pas permis d'apaiser les tensions.

Le duo Trump-Pompeo avait engagé une confrontation tous azimuts aux allures de nouvelle Guerre froide avec le géant asiatique. Résultat: une crise sans précédent depuis l'instauration de relations bilatérales dans les années 1970.

Antony Blinken a reconnu que l'ex-président républicain avait eu raison d'être ferme. Mais la nouvelle équipe démocrate précise vouloir davantage coordonner la riposte de Washington avec ses alliés, et aussi renouer le dialogue avec la Chine sur les "défis" planétaires comme la pandémie ou le climat.

"La Chine est le seul pays avec la puissance économique, diplomatique, militaire et technologique susceptible d'ébranler sérieusement le système international stable et ouvert, toutes les règles, valeurs et relations qui rendent le monde tel que nous voulons qu'il soit", a-t-il affirmé dans un discours la semaine dernière.

Il a promis que les relations avec Pékin seraient un mélange de "compétition quand ce sera sain", "collaboration quand ce sera possible" et "antagonisme quand ce sera nécessaire".

Signe de sa volonté de s'adresser aux Chinois fort du soutien des alliés des Etats-Unis, Antony Blinken se rendra juste avant cette rencontre à Tokyo et à Séoul en compagnie du ministre américain de la Défense Lloyd Austin, a annoncé mercredi le département d'Etat.

Ce sera pour tous les deux le premier déplacement à l'étranger - le chef du Pentagone se rendra de son côté également en Inde.

Ces voyages auront lieu dans la foulée du sommet virtuel prévu vendredi entre le président Biden et les dirigeants du Japon, d'Australie et d'Inde, première rencontre à ce niveau du "Quad", une alliance montante vouée à contrecarrer la puissance croissante de la Chine en Asie.

La stratégie américaine vis-à-vis de la Corée du Nord, en cours de réexamen par Joe Biden, sera aussi au coeur des entretiens.

Source: AFP