La défaite assurée

La défaite assurée

Suivant une petite anecdote deux explorateurs se promenaient dans la jungle et voient tout d'un coup un lion à une centaine de mètres. Les deux prennent peur, mais l'un se met à ajuster les lacets de ses chaussures. L'autre ironique lui demande "tu penses vraiment être capable de courir plus vite que le Lion et le premier repond " non, je pense courir plus vite que toi !"

Suivant une petite anecdote deux explorateurs se promenaient dans la jungle et voient tout d'un coup un lion à une centaine de mètres. Les deux prennent peur, mais l'un se met à ajuster les lacets de ses chaussures. L'autre ironique lui demande "tu penses vraiment être capable de courir plus vite que le Lion et le premier repond " non, je pense courir plus vite que toi !"

La force ne se mesure pas dans l'absolu mais en fonction des autres.

Beaucoup de voix ont dénoncé les méfaits de la manzoumeh qui contrôle le pays. Ces voix n'ont pas trouvé, pendant longtemps, d'échos suffisant chez les libanais.

Les élections de 2018 ont d'ailleurs renouvelé sans ambiguïté, la confiance accordée par les citoyens à la manzoumeh. Ce sont les partis de l'entente presidentielle et leurs alliés qui sont les composantes de la manzoumeh qui en sont donc sortis renforcés.

Puis il y eut le soulèvement du 17 octobre. Les opposants à la manzoumeh se sont mis à espérer. Celle-ci a même un temps vacillé. Un temps seulement.

Aucune leçon n'a été tirée des errements passés. Face à une manzoumeh structurée et solide, il n'y a qu'une multitude de mouvements ou d'individus beaucoup plus préoccupés de leur propre promotion que de se réunir dans une coalition capable de s'opposer à cette manzoumeh.

Affaiblie un temps la manzoumeh a craint de voir se créer un front commun qui la confronterait. Elle a cherché à noyauter le soulèvement et à planter les graines de la division. Mais elle n'a pas eu à déployer beaucoup d'efforts, les ambitions individuelles, les petits calculs, les egos, les ressentiments passés, la condescendance, l'arrogance sont autant de facteurs qui ont miné toute possibilité de créer un front commun.

Qu'est ce qui empêche tous ceux qui croient à la rupture avec le système de la manzoumeh de creer un front commun ? Rien, hormis l'inanité des activistes de la "révolution" aveuglés par le besoin de tirer la couverture à eux-mêmes plutôt que de combattre l'adversaire commun.

Les citoyens qui ne sont candidats à rien sont en quête d'une alternative credible à la manzoumeh. Au lieu de cela, ils ont droit au spectacle navrant des critiques, des crocs-en-jambe, des discours d'exclusion que se lancent les activistes de tous bords.

Pour la plupart chaque activiste se considere à la fois expert en tout, juge de tout le monde, leader du mouvement, donneur de leçons et tout cela avec beaucoup de morgue.

Un peu de modestie bon sang et acceptez vous les uns les autres. N'entendez vous pas les libanais souffrir ? Ne voyez vous pas qu'ils désespèrent de voir naître une seule coalition contre la manzoumeh pour croire que quelque chose est encore possible ?

Il vous faut quoi ? Les points de convergence ? Mais cela n'est pas difficile pourtant. Il suffit que ceux qui sont franchement contre les partis de la tasswieh et leurs alliés, qui croient qu'il faut éviter d'impliquer le Liban dans les conflits régionaux et qui sont pour que les armes relèvent des seules forces régulières s'unissent dans une même coalition chaque mouvement ou individu conservant sa spécificité.

Au lieu de vous rassembler vous préférez reprocher aux Kataeb et au Bloc national d'être de vieux partis, à Charbel Nahas d'avoir été ministre nommé par Aoun, à Madinati de manquer d'expérience, aux retraités de l'armée d'avoir été des militaires, à Paula yaakoubian d'avoir été journaliste à la télé du futur, à Sabaa d'être hégémonique, à Neemat Frem d'avoir été élu député sur la liste du CPL , à Chèmel Roukoz d'être le gendre du Président etc ... la liste ne s'achèvera jamais.

Pour chacun de ceux qui est opposé aux partis et aux individus au pouvoir et à leurs alliés il faut arrêter la machine à exclure et gonfler les rangs du front d'opposition. Même tous ensemble le combat est inégale tant la manzoumeh est puissante. Nul ne doit manquer à l'appel !

Si un seul front regroupant tout le monde n'est pas constitué. Si les petits mouvements continuent à craindre que ceux qui sont plus grands leur feront de l'ombre alors tout est perdu et la manzoumeh aura encore de beaux jours devant elle.

Unissez vous, cessez de vous juger. Si vous n'êtes pas tous unis c'est la défaite assurée et ça ne sera pas la manzoumeh qui en sera responsable mais chaque activiste qui appelle à exclure au lieu de tout faire pour rassembler.

 

Liberum

Source: Kataeb.org