La Reconversion Polémique de Sainte-Sophie

La Reconversion Polémique de Sainte-Sophie

La basilique Sainte-Sophie est située sur la péninsule historique d'Istanbul. Son nom vient du grec Hagia Sophia qui signifie « Sagesse de Dieu » ou « Sagesse Divine », nom repris en turc sous la forme d’AyaSofya. Elle a été construite au IVe siècle puis agrandie au Ve siècle sous l'empereur byzantin Justinien. Son esplanade est à la mesure de la gloire de Byzance. Souvent surnommée la Grande Église, cette basilique est dédiée au Christ, Sagesse de Dieu.

La basilique Sainte-Sophie est située sur la péninsule historique d'Istanbul. Son nom vient du grec Hagia Sophia qui signifie « Sagesse de Dieu » ou « Sagesse Divine », nom repris en turc sous la forme d’AyaSofya. Elle a été construite au IVe siècle puis agrandie au Ve siècle sous l'empereur byzantin Justinien. Son esplanade est à la mesure de la gloire de Byzance. Souvent surnommée la Grande Église, cette basilique est dédiée au Christ, Sagesse de Dieu.

La basilique Sainte-Sophie devint mosquée au XVe siècle sous Mehmet II. De 1934 à 2020, elle n'a plus été un lieu de culte mais un musée. Donc, à l’origine, elle était une église et l'une des icônes les plus importantes du patrimoine byzantin avant d'être convertie en mosquée par les Ottomans, et ensuite transformée en musée sous le règne de Mustafa Kamal Atatürk.

Historiquement, cette basilique n’était pas la première. Il y avait cinq églises byzantines en Turquie dédiées à ce que l’on appelle la Sainte Sagesse. L'une d'elles, à Trabzon, était habitée par les Grecs. Au cours de la dernière décennie, quatre de ces églises ont été converties en mosquées dans le cadre du projet politique islamique d’Erdogan pour transformer l’identité culturelle de la Turquie.

 

Le président turc a attiré l'attention du monde sur la question de cette basilique en décidant de la convertir en mosquée. La décision d’Erdogan fut condamnée par le monde entier, en particulier l'ONU, notamment L’UNESCO car Sainte-Sophie fait partie des quartiers historiques d'Istanbul et elle est officiellement inscrite sur sa Liste du patrimoine mondial, étant un chef-d'œuvre architectural et un témoignage des interactions entre l'Europe et l'Asie au cours des siècles.  Le statut de musée de la basilique Sainte-Sophie reflète la nature universelle de son patrimoine et en fait un symbole de dialogue entre les deux cultures.

Par cette décision, Erdogan voulait reconstruire son image comme étant le leader des musulmans, surmonter ses crises internes et les résultats de son inconséquence en Syrie et en Libye, son soutien aux extrémistes, l'exportation de terroristes vers des régions de tension et la fragilité de la diplomatie turque en raison de ses actions avec tout le monde, surtout l’Union Européenne, avec laquelle il n'a actuellement aucun espoir de liens futurs. Des médias ont soutenu sa position, tandis que les faits historiques et les concepts islamiques tolérants et modérés qui contredisent ce comportement se voient embarrassés et perdus. Le comportement d’Erdogan constitue un affront au concept de l'Islam. Il incite au conflit entre les civilisations et enflamme des vagues d'islamophobie. Il renvoie au comportement des extrémistes et des terroristes qui utilisent des approches provocantes misant sur des éléments historiques, des monuments et des questions de civilisation.

La valeur historique de la basilique Sainte-Sophie suscite plus d’intérêt que toutes les autres églises qui ont été converties en mosquées. Elle est la plus importante de toutes ces églises. Il a été construit au sixième siècle et est connu comme la grande vieille dame de la chrétienté orientale. Dans la littérature chrétienne, elle est appelée «la couronne en forme de dôme d’Istanbul ».  Elle n'était pas une mosquée avant la conquête d'Istanbul par les Ottomans en 1453, lorsque le sultan Mehmed II ordonna sa conversion en mosquée. Il a effacé ses anciennes caractéristiques civilisationnelles âgées de cinq siècles avant qu'Atatürk ne la convertisse en musée.

Beaucoup de gens en Turquie soutiennent la conversion de Sainte-Sophie en mosquée, d'autant plus qu'Erdogan l'utilise comme symbole de restauration de la gloire ottomane, en tant que propagande islamiste à l'étranger et propagande nationaliste dans son pays et pour détourner l'attention des problèmes internes, en particulier les problèmes économiques, à renforcer le nationalisme et le sentiment d’appartenance non seulement parmi les partisans d’Erdogan, partisans de l’islam politique.

 

Bassam Zalzal
Professeur - Ancien Chargé de Mission ESA - Paris

Source: Kataeb.org